Identités multiples à Cureghem
 
17/02
2017
par Gonzalez, Barbara

Bruxitizen 2016, jeunes : identités sous contrôle ?

Attentats, crises économiques, crises migratoires, suspicions de radicalisation, depuis quelques années la question de l’«identité» resurgit  en force sur le devant de la scène médiatique et politique. L’ « identité », un enjeu crucial?

C’est la question qui fut posée en filigrane tout au long de l’édition 2016 Bruxitizen à des jeunes, mais aussi à des acteurs de terrain, des chercheurs, des habitants du quartier, etc.

L’identité peut représenter un enjeu en termes d’estime de soi, mais aussi un enjeu d’ouverture d’espaces de liberté et de revendication politique. Repli sur soi, affirmation individuelle, logique de bandes et identités de quartier, identité religieuse, etc. interroger les identités, c’est aussi questionner les espaces de reconnaissance des jeunes: comment les jeunes existent dans la ville, dans un quartier ?

Pour apporter des éléments de réponses, Bruxitizen s’est invité cette année dans le quartier de Cureghem, à Anderlecht. Un quartier « mondial » placé au cœur de la capitale de l’Europe et révélateur de l’accélération du phénomène migratoire, des crises socio-économiques et d’une nécessaire cohabitation entre les communautés. Derrière les identités multiples qui traversent ce quartier et ses habitants se révèlent de nombreux enjeux. Quelle place prennent ces identités au niveau local chez les jeunes ? Comment s’emparent les politiques publiques de ces enjeux identitaires ?

Pour en débattre, l’Agence Alter proposait cette année deux rendez-vous durant lesquels des ateliers/débats ont pris place :

  • un premier débat le mercredi 12 octobre 2016 aux Abattoirs d’Anderlecht en collaboration avec l’association Cultureghem.
  • un second débat le mercredi 26 octobre 2016 au Théâtre National en collaboration avec le Festival des Libertés.

Jeunes à Cureghem : « autres regards sur l’identité »

Le quartier constitue un point d’ancrage essentiel dans l’identité des jeunes issus des quartiers dit populaires : à la fois objet de sociabilité, il est parfois un lieu d’enfermement. Cureghem, ce quartier d’Anderlecht est souvent mis en avant pour ses « déficits » : manque d’emploi, manque de propreté, manque de logements, manque de sécurité, manque d’espaces verts, manque d’ouverture, etc. Il possède pourtant de nombreux atouts et une longue histoire d’accueil des populations immigrées. Plus qu’un quartier populaire, Cureghem agit comme un point d’entrée sur la ville pour les migrants, un quartier « de transit » pour bon nombre d’habitants.

À travers une promenade de plus ou moins 2 heures dans le quartier de Cureghem, les participants de cette édition Bruxitizen ont pu mieux comprendre l’histoire du quartier. Anecdotes récentes et plus anciennes, visites de lieux-clés (abattoirs, quartiers des voitures d’occasion…) permettant de mieux comprendre — en contexte — comment vit un quartier « mondialisé » dans la capitale de l’Europe. Quel développement urbain et quelle cohésion sociale dans notre ville, et surtout quels défis surmonter ?

« Promenade interculturelle à Cureghem» par Vital Marage

« Cureghem, petit quartier d’Anderlecht d’une superficie de moins de 2 km2, regroupe à lui seul plus de 25 000 personnes de 120 nationalités différentes, originaires de tous les continents. Près de la moitié de ses habitants sont primo-arrivants. Plus de la moitié ne possède pas la nationalité belge.

 Toutes ces communautés se croisent quotidiennement. Souvent, elles échangent. Parfois, elles s’ignorent. D’autres fois, elles rentrent en conflit. Elles partagent les mêmes espaces de socialité, se rencontrent dans les écoles, dans les parcs, sur les places publiques, chez l’épicier ou au marché des abattoirs. Elles se réunissent dans les mosquées, les églises ou les associations du quartier. Mais comment se tissent les relations entre les publics ? Quelles stratégies de rencontre, d’évitement, quels conflits et quelles solidarités naissent dans cet espace réduit ? Bref, comment ses habitants « socialisent-ils » et comment le fameux « vivre ensemble » se construit-il ? Quels rôles jouent les structures collectives : associations, institutions, entreprises, administrations dans ce processus ? »

EN SAVOIR PLUS SUR LA VISITE DE CUREGHEM? Lire: visite interculturelle de Cureghem par Vital Marage, service prévention de la commune d’Anderlecht.

« Jeux de dialogue interculturel © ‘Identités en question’ »

Un jeu de rôle spécialement conçu pour Bruxitizen 2016 et mis en place par Anne Loustalot de l’organisation française Etica, une association basée à Bordeaux spécialisée dans l’économie sociale et solidaire. Le point de départ du jeu « identités en question » : une ordonnance gouvernementale de la Maganie impose une coupe de cheveux à tous les citoyens de ce pays fictif. Les joueurs, habitants supposés de ce pays vont, en fonction des personnages qu’ils incarnent, défendre un avis.   Ils vont s’exprimer sur ce que représentent et signifient pour eux les identités, la diversité, le vivre –ensemble. Et pour lutter contre cette ordonnance, le groupe de joueurs doit parvenir à se mettre d’accord pour écrire un « plaidoyer de la différence ».

 

États d’urgences identitaires

Le Mercredi 26.10.2016 Bruxitizen s’invitait au Théâtre National dans le cadre du Festival des Libertés. Cette année, le Festival interrogeait les logiques de l’urgence : notamment l’urgence sécuritaire qui surplombe l’actualité.

En réaction à des événements fortement médiatisés qui touchent des questions d’identités et de sécurité, des plans politiques d’urgence sont mis en place à l’échelle locale. Quel est leur impact sur les identités d’un quartier, des jeunes ? Urgence et identité sont-elles compatibles pour garantir les droits sociaux, économiques et politiques dans une société où les inégalités se creusent de plus en plus? Quelles sont les pistes pour faire de ces identités multiples une force et non une désespérance ?

Un débat/forum autour des jeunes du Médialab Bruxitizen. La rencontre était ponctuée par des capsules du work in progress de l’équipe des jeunes du Médialab suite à leur visite interculturelle de Cureghem et atelier.

Le débat est disponible en écoute intégrale ici:

 

Intervenants au débat:

Muriel Sacco – Doctorante, experte des politiques publiques et de la mobilisation des acteurs privés dans les projets de développement urbain,

Vital Marage – Chargé de projet « relations interculturelles et accueil primo-arrivants » de la commune d’Anderlecht

Rachid Benzine – Islamologue, politologue français

Jacinthe Mazzocchetti – Anthropologue, experte des migrations et des constructions identitaires en contexte de mondialisation.

Modération : Aude Garelly – Consultante en politiques sociales, ancienne directrice de l’Agence Alter.
Partenariat :  festivaldeslibertes.be, le Médialab de Bruxitizen (étudiants de l’ISFSC & Université de Saint-Louis et le Bondy Blog Bruxelles).

*

Le « Médialab Bruxitizen »

A chaque édition de Bruxitizen, l’Agence Alter met sur pied un petit Médialab avec de jeunes étudiants. L’objectif est d’associer à cet événement des jeunes n’ayant pas l’habitude de se frotter à ce type de projet associatif, de fréquenter des jeunes issus de quartier dits populaires et aussi de former et sensibiliser les jeunes de demain à une information sociale, critique et de qualité: cœur de métier de l’Agence Alter depuis 20 ans. Ce « médialab » a pour mission de participer aux ateliers et débats de l’événement et de produire en bout de course de l’information journalistique (voir altermedialab.be/bruxitizen). Cette année, des étudiants en journalisme de l’Université Saint-Louis, de l’Institut supérieur de formation sociale et de communication (ISFSC) et de l’Institut des Hautes Études des Communications sociales (IHECS) ont pris part au projet de façon volontaire.

Ils ont participé aux activités et débats organisés à Cureghem et au Festival des Libertés. En bout de course, ils ont réalisé cinq long-form sur différents sujets touchant aux problématiques débattues lors de cette édition 2016 Bruxitizen.

Découvrez toutes les productions du Médialab Bruxitizen 2016 sur le site: altermédialab.be

Bonus: Retour sur l’expérience du Médialab Bruxitizen 2016 par les étudiants du Médialb:

 

date de mise à jour Mise à jour : 20/02/2017 à 10:17
partager cet article par e-mail partager cet article sur Twitters Partager cet article sur Facebook partager cet article sur LinkedIn partager cet article sur Google+
Altermedialab


Alter Médialab

Alter Médialab est le laboratoire d'expérimentation journalistique de l'Agence Alter. Cette plate-forme vous offre un accès gratuit à des publications journalistiques uniques. L'Agence Alter est spécialisée dans la production de médias d’analyses des problématiques sociales.

En savoir plus »En savoir plus : Alter Médialab

Projets citoyens

Le Médialab expérimente des projets journalistiques co-produits avec des citoyens souvent éloignés des tribunes médiatiques. Vous trouverez ici des publications réalisées par des travailleurs sociaux, des jeunes, des personnes en situation d'handicap ou encore de surendettement.

En savoir plus »En savoir plus : Projets citoyens

Bruxitizen

Sans langue de bois, ni discrimination, Bruxitizen est un espace de débat qui met les jeunes en présence de différents acteurs de la société civile. Bruxitizen, c’est aussi un dispositif de journalisme participatif et citoyen offrant à des étudiants de s’initier aux techniques de journalisme.

En savoir plus »En savoir plus : Bruxitizen
retour au début de la page